Lettres pour collégiens et lycéens

Comment répondre aux questions de corpus

Comment répondre aux questions de corpus :

La question ou les deux questions posées permettent de mettre en rapport l’objet d’étude et les textes du corpus, en orientant la lecture de celui-ci.

La question peut porter sur

  • l’objet d’étude ( identification des enjeux, des thèmes, des procédés stylistiques)
  • le thème ( constance ou variation suivant les genres ou les époques)
  • la thèse ( points de vue, stratégie argumentative)
  • les genres ( définition des genres et évolution dans le temps)
  • les discours ( identification, intérêt de leur utilisation)
  • les registres ( identification, définition, justification de leur utilisation, analyse de leurs effets)
  • l’énonciation ( analyse de la situation d’énonciation, repérage des indices de personnes, des indices spatio-temporels, des marques de jugement)
  • le rôle du document iconographique ( lien avec les documents littéraires : thème, enjeu, registre, différence des moyens d’expression et impact)

Le travail préparatoire :

  • Il faut relever, document par document, les éléments, les identifier et noter un début d’analyse.
  • Puis, il faut confronter les éléments relevés dans chaque document pour voir apparaître ressemblances, différences et spécificités.

La rédaction :

  • La réponse doit être composée et rédigée.
  • L’introduction reprend le contenu de la question, présente les documents ( auteur, titre, date de publication, genre) et explicite le problème posé dans la question.
  • Le développement doit être organisé de manière composée, en regroupant les documents qui font intervenir les mêmes éléments. Il faut penser à utiliser le vocabulaire spécifique de l’analyse littéraire et illustrer de citations ( entre guillemets, avec références aux lignes) la réponse. Il faut éviter dans la mesure du possible de traiter les documents un par un, sous peine de créer un effet de catalogue qui ne mette en valeur ni la compréhension de la question ni celle des documents.
  • La conclusion fait le bilan de ce qui a été analysé, ce qui doit permettre de problématiser le corpus, au regard de l’objet d’étude.

Il est utile de rappeler que, quel que soit le nombre de questions posées, le barême reste le même, à savoir 4 points. Il serait donc imprudent de consacrer trop de temps à cette partie de l’écrit; une heure paraît être le maximum de temps à y consacrer, si l’on ne veut pas mettre en danger laréalisation du travail d’écriture.