Lettres pour collégiens et lycéens

CHAPITRE 1 – GRAMMAIRE

Ce que je dois savoir sur :

– La phrase

– L’accord sujet / verbe

– La mise en page

– La ponctuation

– Le présent : morphologie et emplois

– Les reprises lexicales

– Les ruses de la langue : homophones grammaticaux et lexicaux

LA PHRASE

Une phrase est composée d’un mot ou d’un ensemble de mots qui forment une unité de sens. La phrase commence par une majuscule et se termine par un point.

On distingue :

La phrase verbale qui est construite autour d’un verbe conjugué.
La phrase non verbale qui ne comporte pas de verbe conjugué. Elle est appelée phrase nominale quand elle est construite autour d’un nom.

 

La phrase simple  qui comporte un seul verbe conjugué, c’est-à-dire une seule proposition.
La phrase complexe qui comporte au moins deux verbes conjugués, c’est-à-dire au moins deux propositions.

Donc une phrase contient autant de propositions que de verbes conjugués.

L’ACCORD SUJET/VERBE

 Le verbe s’accorde en genre, en nombre et en personne avec le sujet.
Pour bien orthographier la terminaison du verbe, il faut donc chercher le sujet, en posant la question :
qui est-ce qui ? qu’est-ce qui ?
Si le sujet est un GN, le verbe s’accorde avec le nom noyau du GN.
Si le verbe a plusieurs sujets, le verbe s’accord au pluriel.
Il peut y avoir un seul sujet pour plusieurs verbes qui s’accorderont en genre, en nombre et en personne avec le sujet.

Attention aux pronoms personnels
– moi qui suis … toi qui es … elle/lui qui est … nous qui sommes … vous qui êtes …
eux qui sont
– Pierre et moi sommes allés nager. Pierre et nous sommes allés nager.
– Pierre et toi êtes allés nager. Pierre et vous êtes allés nager.
– Pierre et lui sont allés nager. Pierre et eux sont allés nager.

LA MISE EN PAGE

Pour être efficace, un texte écrit doit être mis en page avec
– des paragraphes marqués par un alinéa  (= la 1ère ligne du paragraphe commence en retrait).        
                               – des phrases qui commencent par une majuscule et se terminent par un point.
une ponctuation qui donne du sens aux phrases.  

 Pour la poésie, il faut respecter la disposition des vers et des strophes.
– Les vers commencent toujours par une majuscule
– Quand il n’y a pas assez de place sur la ligne pour écrire l’ensemble du vers, il faut écrire la fin au bout de la ligne suivante en ouvrant un crochet.
ex : L’hirondelle au printemps cherche les vieilles
                                                                        [ tours

 Les majuscules s’emploient :
– en début de phrase
– au début de chaque vers d’un poème ou d’une fable.
– au début des prénoms, noms de personnes et de lieux
– au début du titre d’une œuvre

LA PONCTUATION

Les principaux signes de ponctuation sont :
les ponctuations fortes qui marquent la fin d’une phrase comme
le point (.) Il est suivi d’une majuscule.
 Il termine une phrase déclarative.
le point d’interrogation (?) qui marque la fin d’une question posée directement.
Il termine une phrase
interrogative.

le point d’exclamation (!) qui marque l’expression d’un sentiment à la fin d’une phrase 
exclamative.
les points de suspension () qui marquent une interruption dans une énumération et peuvent créer un
effet de suspense.
On ne  trouve pas forcément une majuscule après un point d’interrogation, un point d’exclamation ou des points de suspension.
Ex: Hein ! quoi ? Tu veux passer les vacances d’été au Pôle Nord …tu n’y penses pas !
– les ponctuations à l’intérieur d’une phrase sont des respirations comme :
la virgule (,) qui isole des groupes à l’intérieur d’une phrase.

Le sujet ne peut pas être séparé du verbe par une virgule et le verbe ne peut pas non plus être séparé de son COD ou COI par une virgule.

Il existe d’autres signes de ponctuation qui seront étudiés au cycle 4.

 LE PRÉSENT : MORPHOLOGIE ET EMPLOIS

 Le présent de l’indicatif est un temps simple qui change de terminaisons suivant le groupe auquel appartient le verbe.

1 er groupe2ème groupe3ème groupe
ex : chanterex : finirex : partir/prendreex : vouloirex : offrir
eissxe
esissxes
eitt/dte
onsissonsonsonsons
ezissezezezez
entissentententent

Attention à certains verbes du 1er groupe :
du type CRÉ/ER : je crée ,  nous créons
du type APPEL/ER, JET/ER :  j’appelle,  nous appelons; je jette, nous jetons
Pour les verbes du type appeler, on met LL devant un e muet, un seul L dans tous les autres cas.
Pour les  verbes du type jeter, on met TT devant un e muet, un seul T dans tous les autres cas. 
- du type LANC/ER, CHANG/ER : je lance,  nous lançons; je change, changeons
Pour les verbes du type lancer, on écrit C devant e, é et i. Et on écrit Ç devant a et o.
Pour les verbes du type changer, on écrit G devant e, é et i. Et on écrit GE devant a et o.

Attention à certains verbes du 3ème groupe qui changent de radical entre les personnes du singulier et du pluriel :
aller : je vais, nous allons
pouvoir : je peux, nous pouvons
avoir : j’ai, nous avons
être : je suis, nous sommes
tenir : je tiens, nous tenons
venir : je viens, nous venons

Certains verbes en TRE et en DRE gardent la consonne T/D qui fait partie de leur radical :
mettre : je mets …
prendre : je prends

Les emplois du présent de l’indicatif

Le présent de l’indicatif exprime ce qui se passe au moment où l’on parle; on appelle ce présent : le présent d’énonciation.
Dans un texte narratif qui raconte des actions passées, on peut utiliser le présent de narration pour donner plus de vie au récit et pour donner au lecteur l’impression que les actions se passent au moment où il les lit.
Le présent de vérité générale est utilisé pour exprimer ce qui est vrai dans le passé, le présent et le futur.

LES REPRISES LEXICALES

Pour éviter les répétitions dans un texte, on peut remplacer un nom ou un groupe nominal par d’autres noms ou par un pronom. C’est ce qu’on appelle les reprises lexicales.
Il existe deux sortes de reprises lexicales :
les reprises nominales. On remplace alors un nom ou un groupe nominal par un autre nom ou un autre groupe nominal, grâce à :
un synonyme : un mot de sens proche
un terme générique : un mot qui regroupe toute une catégorie
une périphrase : une expression qui remplace le nom en donnant ses caractéristiques.
les reprises pronominales. On remplace un nom ou un groupe nominal par un pronom, grâce à :
un pronom personnel
     – un pronom démonstratif
     – un pronom possessif

 LES HOMOPHONES

 Les homophones (du grec homo : semblable et phone : le son) sont des mots qui se 
       prononcent de la même manière mais qui s’écrivent différemment.

Les homographes (du grec homo : semblable et graphe : l’écriture) sont des mots qui 
       s’écrivent de la même manière mais se prononcent différemment.

Quelques homophones grammaticaux liés aux verbes être et avoir à ne pas confondre :

les homophones en [e]

  • ES: verbe être, 2ème pers. du sing au présent de l’indicatif
  • EST : verbe être, 3ème pers. du sing au présent de l’indicatif
  • AI: verbe avoir, 1ère pers. du sing. au présent de l’indicatif
  • ET: conjonction de coordination que l’on peut remplacer par et puis / et en plus

Attention à la présence d’un pronom
– Tu m’es très sympathique. Il m’est très sympathique.
– Il s’est excusé.
– Je l’ai dit.

les homophones sont et son

  • SONT : verbe être, 3ème pers. du plu. au présent de l’indicatif.
    ex : Ils sont dans la voiture ( on peut changer de temps = ils étaient dans la voiture).
  • SON: déterminant possessif, 3ème pers du sing, masc. Puisque c’est un déterminant, il est donc suivi d’un nom.
    ex : Il regarde son jardin ( son = le sien).

Astuce : Pour reconnaître le verbe être, on peut le mettre à l’imparfait.

les homophones en as, a et à

  • AS: verbe avoir, 2ème pers. du sing au présent de l’indicatif.
    ex : Tu as une maison au bord de la mer.
  • A: verbe avoir, 3ème pers. du sing au présent de l’indicatif.
    ex : Il a un chalet à la montagne.
  • À: préposition
    ex : Il va à la plage.

Astuce : pour reconnaître le verbe avoir, on peut le mettre à l’imparfait.

– les homophones en ont et on

  • ONT: verbe avoir, 3ème pers. du plu au présent de l’indicatif.
    ex : Ils ont plusieurs voitures.
  • ON: pronom personnel indéfini.
    ex : On n’est pas sûr de les avoir vus. (On = nous)

Astuce : On peut remplacer le pronom on par nous. On peut aussi mettre le verbe avoir à l’imparfait.

les homophones se et ce

  • SE est un pronom personnel réfléchi.
    ex : Il se regarde dans la glace. (je me regarde, tu te regardes, il se regarde …)
  • CE est un déterminant et un pronom démonstratif.
    ex : Ce monsieur ne sait pas de quoi il parle. (Ce monsieur- dont je te parle ou que je te montre) = déterminant démonstratif.
    ex : Ce n’est pas ce que je veux dire. (Ce/Cela n’est pas ce que je veux dire.) = pronom démonstratif.

Astuce : Tous les déterminants ou pronoms démonstratifs commencent par un C.

les homophones ni et n’y

  • NI: conjonction de coordination. Ni va par deux.
    ex : Je ne veux ni thé ni café.
  • N’Y: adverbe de négation + pronom
    ex : J’aime bien la montagne mais je n’y vais pas tous les ans (= je ne vais pas à la montagne tous les ans). Y est mis à la place du nom montagne.

– les homophones ou et

  • OU: conjonction de coordination que l’on peut remplacer par ou bien.
    ex : Veux-tu du thé ou (= ou bien) du café ?
  • : pronom relatif
    ex : La plage (= là où) tu te baignes est très belle.