Fénelon Sainte-Marie – La Plaine Monceau

Le Projet Educatif de Fénelon Sainte-Marie

La réalité scolaire se définit par des objectifs d’instruction et d’éducation qui s’entremêlent et qui, selon l’équilibre instauré entre les uns et les autres, contribuent à  donner de chaque établissement une image personnalisée.

Nous affirmons, quant à  nous, l’existence d’un lien nécessaire et complémentaire entre l’instruction et l’éducation.

Dès les petites classes, s’acquiert le sens de l’effort qui permettra ensuite à  chaque enfant de donner à  la mesure de ce qu’il a reçu, en acceptant les exigences du travail scolaire. Chaque élève devra tendre enfin à  l’excellence entendue comme un dépassement de soi qui repousse toujours plus loin ses propres limites.

L’appropriation du savoir nous paraît indissociable du contexte dans lequel il est acquis et de l’utilisation qui en sera faite.

Nous sommes conscients des effets d’un bon climat relationnel sur l’évolution psychologique et scolaire de chacun. Une telle affirmation ne relègue pas au second plan le savoir, dont la transmission est la seule fonction totalement spécifique de l’école. Tendre vers la maîtrise des savoirs et des savoir-faire nécessite de prendre en compte des hommes et un monde en constante évolution. C’est la condition du développement de la liberté et de la responsabilité des personnes.

Nous assumons l’esprit d’un système de formation qui veut, qu’après un circuit largement commun à  tous les élèves à  l’école et au collège, l’enseignement général soit prolongé au lycée pour des jeunes qui ont manifesté une certaine capacité d’abstraction.

A nous de prendre les moyens d’aider chacun à  s’évaluer et à  choisir le parcours qui lui sera le plus propice. Nous croyons qu’un maintien artificiel dans un cycle général relève davantage de l’illusion que de la chance donnée. De plus, un établissement scolaire ne convient pas nécessairement à  tout élève quel qu’il soit.

Lier l’instruction et l’éducation nous engage à  privilégier des valeurs fondamentales qui révèlent la dignité de l’homme libre:

  • l’intériorité
  • la créativité
  • le respect de l’autre et la solidarité responsable

Promouvoir l’intériorité, c’est développer la capacité de recueillement et de retour sur soi, authentique apprentissage de l’autonomie. Quelques comportements prennent alors tout leur sens: la capacité de faire silence, de se situer dans le temps et dans une histoire, en se reconnaissant «héritier» d’une culture judéo-chrétienne.

Favoriser la créativité, c’est rendre « l’héritier » créateur, dans l’élaboration d’un monde qu’il léguera à  son tour.

Il s’agit de développer l’initiative : recherche intellectuelle, organisation de la vie collective, élaboration d’un projet, engagement personnel.

Toutes ces démarches visent à  aider le jeune à  devenir exigeant à  l’égard de lui-même plutôt qu’à  se soumettre passivement à  un système. Nous voulons favoriser des choix conscients et solides dans un pluralisme réel oû il peut affirmer sa différence.

Connaître et respecter autrui, c’est œuvrer pour que s’éveille et se développe le sens de l’autre. Cela suppose à  la fois, le respect de soi, l’entraide et la solidarité. En effet, chaque individu doit être conscient de sa part de responsabilité dans ce que sont et ce que font les autres.

Nous voulons concrétiser cela à  travers trois objectifs :

  • privilégier la concertation pour associer chacun à  la préparation des décisions,
  • faire vivre des équipes chez les jeunes comme chez les adultes,
  • développer l’entraide.

Malgré les limites du quotidien, nous voulons garder ce cap et faire de ces valeurs, à  la fois le point de départ et l’objectif de notre travail.

Notre ambition est que, jeunes et adultes travaillent ensemble dans la découverte du monde nouveau qui se développe sous nos yeux et que chacun puisse discerner comment il peut par son action et ses engagements contribuer à  construire un monde plus fraternel.

Une école Chrétienne traversée par divers pluralismes.

Ces valeurs privilégiées (intériorité, créativité, respect de l’autre et solidarité responsable) trouvent un sens nouveau dans l’annonce de l’Evangile. Cette identité ne peut exister de manière vivante que si la famille, les paroisses et la vie associative participent pleinement à  la construction du jeune dans son projet de vie.

De même que l’école n’est pas le seul lieu de transmission des connaissances, elle n’est pas non plus le seul lieu d’éducation de la Foi. La famille en premier lieu et d’autres communautés chrétiennes assurent également cette fonction.

Cependant, l’adhésion à  des valeurs privilégiées dans des démarches éducatives n’engage pas nécessairement une foi commune ou univoque en Jésus-Christ. Ces différences doivent être respectées. Elles sont un appel à  l’approfondissement et à  l’authenticité pour la communauté chrétienne.